Décembre 2011

De façon générale, l’année 2011 s’est terminée sur une note négative pour la plupart des marchés boursiers. Après avoir atteint des sommets en avril, les marchés se sont corrigés en raison de l’incertitude entourant le plafond de la dette aux États-Unis, des craintes reliées au possible défaut de la Grèce ainsi qu’aux doutes sur la survie de l’Euro. Malgré une décote sur la dette américaine, le dollar américain a servi de valeur refuge dans cette période de grande incertitude et de forte volatilité. Le marché canadien s’est déprécié principalement en raison de la correction du prix des matières premières dont la demande est fortement tributaire des marchés émergents.

Variation en 2011

S&P/TSX (marché canadien) -11.1%
S&P 500 (marché américain) 0%
MSCI World (indice mondial) -8.01%
MSCI Marchés émergents -20.6%

Le dollar canadien a atteint un sommet de 1.06 US pour terminer légèrement sous la parité à 0.98US en fin d’année.

Perspectives pour l’année 2012

Il est toujours difficile de prévoir les marchés. Nous nous attendons à vivre une autre année de grande volatilité en raison des différentes crises reliées à la survie de l’Euro, des tensions accrues au Moyen-Orient et des conséquences d’un ralentissement dans la croissance de certains pays émergents.

Comme nous l’avions mentionné l’an dernier, nous entrons dans une période de croissance anémique au niveau des économies développées. Devant l’échec de la social-démocratie avec ses déficits fiscaux et endettement excessif, les différents gouvernements n’auront d’autres choix que de mettre en place des programmes de coupures et gérer une réduction globale des services offerts.
Les marchés financiers sont en train d’imposer aux politiciens les mesures à suivre et l’exemple de la Grèce devrait nous faire réfléchir…

Le niveau record des liquidités en attente d’être placées dans le marché témoigne de l’inconfort des investisseurs face à ces profonds changements.

Dans un tel contexte, notre stratégie consite à favoriser les investissements dans des entreprises de grande qualité, versant des dividendes intéressants avec un taux régulier de croissance et qui sont les mieux positionnées pour tirer profit de ces enjeux. Nous préférons la stabilité à long terme d’un portefeuille équilibré, avec une volatilité moindre que le marché.

Comments are closed.